Bienvenue sur le site de Nestlé Health Science France

Certaines informations présentes sur ce site sont strictement réservées aux professionnels de santé.

Pour accéder à votre espace, vous devez vous identifier.

Êtes-vous un professionnel de santé ?

Vous allez être dirigé vers votre espace.
Ce contenu n'est accessible qu'aux professionnels de santé.
Vous allez être dirigé vers votre espace.
Number of shares: {0}
  • 0
    SHARES
Perte de poids

La perte de poids :

un élément clé du diagnostic de dénutrition

La perte de poids

Alimentation médicale, perte de poids et apports nutritionnels

L’alimentation est un besoin de base et tout déficit, excès ou déséquilibre nutritionnel entraîne des effets néfastes pour la santé.
La perte de poids anormale ou subite est le résultat d’un déséquilibre entre les apports et les dépenses énergétiques.
La perte de poids, surtout si elle est rapide et inattendue, fait partie des signes d’alerte de la dénutrition, et peut être la conséquence de nombreux facteurs et aggraver certaines situations cliniques.

Perte de poids et infection

La présence d’une infection modifie le métabolisme, et l’oriente vers la lutte contre l’agent pathogène. L’énergie du corps s’investit dans la guérison et la lutte contre l’infection.
L’un des mécanismes est l’hypercatabolisme, induit par la réponse immunitaire, qui permet de mobiliser les réserves énergétiques et les stocks de nutriments vers les mécanismes de défense.
Ces modifications métaboliques s’accompagnent d’une augmentation des besoins nutritionnels.
Ces besoins seront d’autant plus difficiles à couvrir que l’infection a un effet anorexigène : les molécules de l’inflammation (cytokines pro-inflammatoires) induisent une perte d’appétit qui aboutit à une diminution des apports à un moment où les besoins sont augmentés.
Ainsi l’état nutritionnel est un élément déterminant dans la réponse immunitaire.

Perte de poids et déshydratation chez les personnes âgées

La dénutrition protéino-énergétique et les carences en certaines vitamines et oligo-éléments altèrent la qualité de la réponse aux infections, surtout chez la personne âgée. Chez la personne âgée, la dénutrition peut par exemple être liée à la dysphagie.
Il est alors important de dépister au plus tôt la dénutrition chez le sujet âgé, et si possible avant l’épisode infectieux.
L’eau est l’élément le plus abondant du corps et est indispensable à son fonctionnement.
La déshydratation est une situation clinique très fréquente chez la personne âgée et ses conséquences sont rapidement graves. Certaines modifications liées à l’âge sont importantes à connaître pour améliorer la prévention des troubles de l’hydratation.
Le vieillissement entraîne des modifications de la composition corporelle avec une diminution de l’eau corporelle totale. C’est un phénomène d’autant plus important à connaître qu’il s’associe à une diminution physiologique de la sensation de soif et un moins bon fonctionnement des reins avec l’âge.
Ainsi chez une personne âgée, une même perte d’eau qu’un sujet plus jeune, représente un risque accru de déshydratation.

Les besoins en eau de la personne âgée sont plus élevés que ceux de l’adulte : les mécanismes de régulation étant moins bons, les déficits en eau seront moins rapidement rétablis. Ainsi les besoins sont de 1,5 à 2 litres d’eau par jour. Dans cette quantité quotidienne, on compte à la fois les boissons et l’eau contenue dans les aliments.
Ainsi toute restriction alimentaire implique obligatoirement une restriction en eau. Cette situation se retrouve par exemple en cas de dénutrition. Il est donc important de prévenir la dénutrition et d’inciter les personnes âgées à « boire sans soif » en cas de risques de déshydratation (forte chaleur par exemple).
Le saviez-vous ?
Près de la moitié de nos apports en eau provient de notre alimentation (environ 1 litre d’eau par jour pour une alimentation normale et 300 ml par jour de l’eau résultant de l’oxydation des aliments) et des boissons (1 litre d’eau par jour recommandé).

Perte de poids et troubles glycémiques

La dénutrition peut également affecter les personnes souffrant de troubles glycémiques.
Les troubles du métabolisme glucidique proviennent du dysfonctionnement de réactions physiologiques lors du métabolisme des glucides. La conséquence se traduira soit par une hyperglycémie, soit par une hypoglycémie.
Parmi ces troubles, le plus fréquent est le diabète. Il induit une hyperglycémie qui, non traitée, provoque des complications à court terme (cétoacidose, désordres immunitaires, infections) et à long terme (complications micro et macrovasculaires ; néphropathie ; rétinopathie ; neuropathie)

Les objectifs d’une prise en charge nutritionnelle au cours du diabète sont de


• traiter la dénutrition
• atteindre des valeurs quasi normales de glycémie pour prévenir les complications induites par une hyperglycémie ou une hypoglycémie
• obtenir une lipidémie optimale
• maintenir un bon statut nutritionnel et d’améliorer la qualité de vie du patient.
Au cours de cette nutrition, le contrôle métabolique est effectivement indispensable pour prévenir les complications.

Perte de poids : dépression, isolement

La dépression est définie comme un trouble de l’humeur qui se manifeste par une baisse de tonus affectif et souvent un ralentissement psychomoteur auxquels sont plus ou moins associés anxiété, troubles de l’appétit et du sommeil.
La dépression est très fréquente chez la personne âgée.
Avec l’avancée en âge, les causes de dépression sont nombreuses : baisse de l’estime de soi (sensation d’inutilité) ; difficulté à accepter la diminution des capacités physiques ou intellectuelles liée à l’âge ; perte du conjoint ; isolement … Parce qu’elle est souvent sous-diagnostiquée, sous-estimée et sous-traitée, les personnes âges et leurs proches peuvent ne pas être conscients de la présence d’une dépression. Les symptômes sont souvent regardés comme des stigmates normaux de l’avancée en âge. Or, La dépression ne fait pas partie du processus normal de vieillissement.
La dépression s'accompagne habituellement d'une perte d'appétit. L'absence de plaisir, de goût, l'anxiété en sont autant de causes. Une perte de poids est donc fréquente.
La personne âgée dépressive tend à s’isoler, à éviter les contacts sociaux, ce qui ne fait qu’aggraver ses troubles.
L’isolement social est un facteur à prendre en compte. Dépourvue de lien social, une personne âgée peut perdre l’intérêt aux choses de la vie et à l’alimentation. Ainsi en se retrouvant seule à table, la personne âgée perd l’incitation procurée par l’autre et perd l’envie et l’intérêt de manger. Les repas deviennent plus courts, moins fréquents et la prise alimentaire diminue.

Perte d’appétit

La perte d'appétit est une disparition de l'envie de manger. C’est un symptôme retrouvé dans de très nombreuses affections. Elle peut être le signal d'alarme de nombreuses pathologies aussi bien physiques que psychologique, et être la conséquence de multiples situations.
Cette perte d'appétit peut entrainer par exemple des cas de dénutrition chez la personne âgée.
Les personnes malades sont souvent sujettes aux pertes d’appétit. En effet, l’organisme en se mobilisant pour la défense contre la maladie va provoquer une baisse de l’appétit pour économiser au maximum ses forces liées à la mastication, la digestion, l'assimilation des aliments et puisera dans ses réserves les nutriments nécessaires à son fonctionnement. Cette perte d’appétit peut ainsi se retrouver dans de nombreuses pathologies (cancer, maladies digestives, pathologies infectieuses ou inflammatoires chroniques, défaillances d’organes ….).

Date de publication 10/12/2015



PROPOSITION DE SOLUTIONS NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION

 

 

 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS