La perte d’autonomie chez les personnes âgées

La perte d’autonomie chez les personnes âgées


Alors que le nombre de personnes de plus de 60 ans devrait doubler d’ici à 20501, lutter contre la perte d’autonomie des personnes âgées apparaît comme un enjeu de santé publique.
Selon une étude réalisée en 2018, plus de 11 millions de personnes s’occupent d’un proche dépendant. Ce chiffre considérable signale que la perte d’autonomie des personnes âgées représente un réel enjeu de santé publique.

Quelles sont les causes de la perte d’autonomie chez la personne âgée ?


La dépendance, définie comme la nécessité d’être aidé pour accomplir des gestes simples de la vie quotidienne, peut avoir diverses origines. Parmi les principales causes de la perte d’autonomie de la personne âgée, on retrouve la sarcopénie, la dénutrition, les maladies liées à l’âge ainsi que la perte de lien social.

La sarcopénie


La sarcopénie est définie par l’association d’une diminution de la masse musculaire à une diminution de la force et/ou de la fonction musculaire. L’avancée en âge s’accompagne d’une fonte progressive de la masse musculaire. La diminution de la masse musculaire squelettique représente le premier marqueur d’évolution vers la sarcopénie. Ce phénomène en s’accompagnant d’une perte de force rend les seniors particulièrement vulnérables au risque de chutes - première cause de traumatismes physiques chez les plus de 70 ans - et de fractures.2 La prévention et la prise en charge de la sarcopénie chez les personnes âgées représentent ainsi un enjeu majeur pour le maintien de l’autonomie.

La dénutrition


En France, la dénutrition concerne 25 % des personnes âgées de plus de 70 ans qui vivent seules.3 La dénutrition qui est la conséquence d’apports nutritionnels insuffisants, a de nombreux impacts sur la santé des seniors qui en souffrent (augmentation des infections, des troubles de l’équilibre, des chutes, des fractures…) et peut être à l’origine d’un état de dépendance.

Les maladies liées à l’âge


La perte d’autonomie de la personne âgée peut également être directement liée à des problèmes de santé que l’on rencontre plus souvent en vieillissant. Ce sont les maladies qui vont gêner le patient à accomplir ses activités de la vie quotidienne sans être aider : Les maladies qui touchent les articulations, comme l’arthrose, les séquelles des accidents vasculaires cérébraux qui peuvent entrainer une perte de fonctions (vision, mobilité…) ou encore les maladies dites neurodégénératives - telles que Alzheimer ou Parkinson – qui entraînent une perte de mobilité.2

La disparition du lien social


La perte de force qui accompagne la dénutrition, la fonte musculaire ou une maladie liée à l’âge peut également impacter le moral de la personne âgée qui – se sentant diminuée – aura tendance à se replier sur elle-même et à limiter ses contacts sociaux. Or, le lien social entraîne des stimulations cognitives essentielles contribuant à une bonne santé mentale et donc à l’autonomie de la personne âgée ! 4

Comment favoriser l’autonomie des personnes âgées ?


L’autonomie de la personne âgée est une composante essentielle de son bien-être. Il est donc indispensable de s’intéresser aux différents facteurs permettant de prévenir la dépendance. Parmi les solutions les plus simples à mettre en place, on retrouve tout d’abord l’activité physique. Même modérée, elle participe à réduire le risque de maladies, de chutes, de dépression et de déclin cognitif.4 Gym douce, jardinage, marche… C’est à chaque senior de choisir l’activité qui correspond le plus à ses besoins !

Même modérée, elle améliore les fonctions cardiaques et musculaires, diminue le risque de chutes. L’activité physique permet également de renforcer les capacités cognitives. De plus, en participant à des cours collectifs, la personne âgée conserve des relations sociales, indispensables à son équilibre mental.

Autre aspect important : l’alimentation. Pour lutter contre la dénutrition et la sarcopénie, il est indispensable de veiller à ce que les repas soient variés, équilibrés, réguliers et riches en protéines : ces dernières permettent en effet de prévenir la fonte musculaire liée au vieillissement associés à de l’exercice physique !

Enfin, favoriser l’autonomie des personnes âgées c’est aussi lutter contre l’isolement dont elles souffrent parfois en silence. Comment ? Tout simplement en les encourageant à entretenir des liens sociaux à travers la pratique d’une activité artistique, la participation à des sorties de groupes ou une implication dans la vie associative.

Sources utilisées (consultées le 03/12/2020) :
1https://www.who.int/mediacentre/news/releases/2015/older-persons-day/fr/
2Traité de nutrition clinique, SFNEP, ed. 2016
3https://www.luttecontreladenutrition.fr
4https://www.who.int/dietphysicalactivity/factsheet_olderadults/fr/
https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/preserver-son-autonomie-s-informer-et-anticiper/perte-d-autonomie-evaluation-et-droits
Date de publication 15/02/21


 

PROPOSITION DE SOLUTIONS
NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE
EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION
 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS

Partager