La dénutrition chez l'enfant

Qu’est-ce que la dénutrition chez l’enfant ?


La dénutrition chez l’enfant est un état pathologique qui résulte d’une inadéquation entre les apports nutritionnels quantitatifs et/ou qualitatifs et les besoins énergétiques et protéiques.

Le mécanisme de la dénutrition chez l’enfant


Les besoins nutritionnels en énergie et en protéines sont particulièrement élevés et spécifiques chez l‘enfant, en raison de la croissance.

  • La dénutrition peut être liée à :
  • Un déficit d’apport isolé ;
  • Une augmentation des dépenses ou des pertes énergétiques et/ou protéiques ;
  • L’association d’un déficit d’apport à une augmentation des dépenses ou des pertes énergétiques et/ou protéiques1.
Son diagnostic chez l’enfant < 18 ans nécessite l’association d’un critère phénotypique notamment IMC < 18,5 ou une stagnation pondérale aboutissant à un poids situé 2 couloirs en dessous du couloir habituel de croissance de l’enfant (courbe de poids) et d’un critère phénotypique (réduction de la prise alimentaire, absorption réduite, situation d’agression) 1.

Les conséquences de la dénutrition en pédiatrie

Comme chez l’adulte, la dénutrition chez l’enfant a des conséquences fonctionnelles sur les organes et le système immunitaire et, elle est responsable d’une augmentation de la morbidité (infections, complications indépendamment de l’affection initiale, retard de cicatrisation) voire de la mortalité d’une éventuelle pathologie sous-jacente La dénutrition conduit à une dégradation des conditions de vie, un allongement de la durée d’hospitalisation (et donc une élévation du coût de l’hospitalisation).
C’est pourquoi, il est recommandé de peser et mesurer avec un matériel adapté à chaque consultation en ambulatoire et lors de chaque hospitalisation pour dépister la dénutrition1,2.

Prendre en charge les ou prise en charge des enfants dénutris


En France, en milieu hospitalier, la dénutrition chez l'enfant n'est prise en charge que dans un tiers des cas2.

Il est recommandé d’adapter la prise en charge nutritionnelle d’un enfant dénutri selon le niveau de sévérité et d’intégrer une stratégie nutritionnelle dans le projet de soin global de l’enfant. Les modalités de la renutrition ; orale, entérale et parentérale les apports nutritionnels quantitatifs et qualitatifs sont adaptés à la situation de l’enfant. Les apports énergétiques seront estimés par rapport au poids attendu pour la taille. L’alimentation orale si elle est possible, sera privilégiée par l’enrichissement de l’alimentation associée ou non à des compléments nutritionnels oraux. Une nutrition entérale est indiquée en cas d’insuffisance ou d’échec de la renutrition orale. La nutrition parentérale est réservée aux situations d’insuffisance intestinale.

En l’absence de reprise pondérale et de croissance, la prise en charge nutritionnelle nécessite d’être adaptée afin d’atteindre les objectifs nutritionnels3.

Sources :
1 https://has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2019-11/reco277_recommandations_rbp_denutrition_cd_2019_11_13_v0.pdf
2 Hankard R. et al. Depister la de´nutrition de l’enfant en pratique couranteArchives de Pediatrie 2012;19:1110-1117
3 https://pap-pediatrie.fr/hepato-gastro/etablir-une-strategie-nutritionnelle-chez-un-enfant-denutri
Date de publication 03/12/2020
En savoir plus
Fermer
Jusqu'à 50% des enfants dénutris à l'hôpital.
La prévalence de la dénutrition à l'hôpital est aussi élevée chez les enfants que chez les adultes en Europe et aux Etats-Unis, variant de 15 à 50.

 

PROPOSITION DE SOLUTIONS
NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE
EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION
 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS

Partager