Alimentation et radiothérapie
Cancer et radiothérapie : La radiothérapie consiste à irradier les cellules cancéreuses pour les détruire. Elle fait partie des traitements contre le cancer et peut avoir un impact important sur le bien-être digestif et nutritionnel des patients atteints de cancer.

Radiothérapie et alimentation


L’alimentation avant une radiothérapie vise à améliorer l’état général du patient pour limiter les risques de dénutrition. Une meilleure condition physique lui permettra également de mieux supporter son traitement.

Cancer, traitement et dénutrition
La dénutrition dans le cancer est extrêmement fréquente. Elle peut être due à la tumeur elle-même mais également aux effets secondaires des traitements. Les patients vont donc moins s'alimenter alors que les besoins énergétiques et protéiques de l'organisme sont augmentés et ne sont pas compenser en raison d’apports insuffisants. Ces besoins sont augmentés par le cancer et ses traitements mais aussi par l'organisme lui-même afin de lutter contre la maladie1.

Par exemple, dans le traitement d'un cancer pulmonaire, la radiothérapie thoracique vise à détruire les cellules cancéreuses par irradiation : elle cible non seulement la tumeur, mais aussi les tissus et les ganglions lymphatiques voisins, détruisant ainsi des cellules saines avec pour conséquence une altération de la fonction concernée. En conséquence, une reconstruction cellulaire est nécessaire, augmentant les besoins en protéines et en énergie.

Autre exemple, la radiothérapie externe pour le cancer ORL a des effets secondaires tels que la sécheresse buccale. Le patient a tendance à diminuer son alimentation en raison de sa difficulté à mastiquer et déglutir les aliments.

Que manger pendant la radiothérapie ?


Les traitements qui interviennent dans la lutte contre le cancerpeuvent avoir comme conséquence une perte de l'appétit, la modification, voire la perte du goût et de l’odorat.

Il faut donc veiller à s'alimenter au mieux et tenter de récupérer pendant les intercures. En cours de radiothérapie, le patient pourra répartir ses prises alimentaires durant la journée et consommer des aliments faciles à ingérer2.

Maintenir son poids corporel est un objectif à avoir en ligne de mire dès le dispositif d’annonce de la maladie et durant toute la prise en charge thérapeutique du cancer3. Retrouver son poids habituel sera l'objectif de la période post-cure.

Pour cela, les professionnels de santé vont souvent recommander d'enrichir l'alimentation habituelle en protéines et en calories afin de prévenir les carences alimentaires et de réduire le nombre de complications liées aux traitements.

L’alimentation après une radiothérapie


Il arrive, une fois les séances de radiothérapie terminées, que des effets secondaires subsistent, comme des nausées et des vomissements.

Certains autres troubles associés peuvent entraîner une perte de poids, voire une dénutrition et doivent être source de vigilance.

•   Nausée, perte de poids : fractionner les repas, éviter les odeurs fortes, ventiler la pièce, manger froid ou à température ambiante, manger des aliments secs glucidiques (pain grillé et gâteaux secs) et éviter les aliments gras frits, trop sucrés ou trop assaisonnés.

•   Troubles de l'odorat ou du goût : assaisonner différemment, ajouter des arômes, éviter les ustensiles métalliques et préférer la viande rouge.

•   Sécheresse buccale, mucites, aphtes : il faut éviter les aliments irritants (épicés), les aliments secs ou durs, les aliments trop chauds. Préférer les textures moelleuses, boire fréquemment, sucer de la glace et rajouter de la salive artificielle.

•   En cas de diarrhée, phénomène se produIsant fréquemment durant la radiothérapie de la prostate, il faut fractionner l’alimentation4, boire régulièrement et suffisamment tout au long de la journée et éviter les stimulants digestifs: café, thé, chocolat, épices. En nutrition entérale, il faut réduire le débit et utiliser un produit contenant des fibres adaptées, comme la gomme de guar..

•   En cas de constipation, il est recommandé d'assurer: une activité physique minimum, la prise suffisante de boisson et un apport conséquent en fibres alimentaires. En nutrition entérale, il faut bien s'hydrater et utiliser un produit contenant des fibres.

Sources (consultées le 15/09/2020) :
1 Van Cutsem E et al, 2005, The causes and consequences of cancer-associated malnutrition. Eur J Oncol Nurs; 9:S51-S63.
2 Ligue contre le cancer http://www3.ligue-cancer.net/files/national/article/documents/bro/alimentation_adulte.pdf - page 6 et 7. Consulté le 26/11/2020
3 Senesse P et al, 2012, Nutrition chez le patient adulte atteint de cancer. Nutrition clinique et métabolisme; 26:149–302.
4 Guide nutritionnel prostate (page 7) http://www.prostatecancer.ca/getmedia/e5f7f8c2-31eb-4f48-a8fb-6ed7921b9091/pcc-nutrition_fr_lr_spreads_rev.pdf.aspx. Consulté le 26/11/2020

Date de publication 30/11/2020
En savoir plus
Fermer

LE CANCER DU COLON

Par définition, le cancer du côlon-rectum est un cancer qui touche le gros intestin.

En savoir plus

LE CANCER DU POUMON

Le cancer du poumon, appelé aussi cancer bronchique, est, par définition, une maladie des cellules des bronches ou, plus rarement, des cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires.

En savoir plus

LE CANCER DE L'OESOPHAGE

Le cancer de l'œsophage est un cancer qui touche la muqueuse de l'œsophage.

En savoir plus

CANCER DE L'ESTOMAC

Le cancer de l'estomac est un cancer qui se développe dans les tissus de l'estomac.

En savoir plus

 

PROPOSITION DE SOLUTIONS
NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE
EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION
 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS

Partager