Bienvenue sur le site de Nestlé Health Science France

Certaines informations présentes sur ce site sont strictement réservées aux professionnels de santé.

Pour accéder à votre espace, vous devez vous identifier.

Êtes-vous un professionnel de santé ?

Vous allez être dirigé vers votre espace.
Ce contenu n'est accessible qu'aux professionnels de santé.
Vous allez être dirigé vers votre espace.
Number of shares: {0}
  • 0
    SHARES
Dysphagie

La dysphagie : symptômes et traitement des troubles de la déglutition

La dysphagie

TROUBLES DE LA DEGLUTITION (OU DYSPHAGIE) :
DEFINITION, SYMPTOMES ET TRAITEMENT DES TROUBLES DE LA DEGLUTITION - PREVENTION DES FAUSSES ROUTES


Quelle est la définition de la dysphagie (ou difficulté à avaler) ?

Il s'agit d'une difficulté à avaler les aliments ou les boissons pour les faire passer de la bouche vers l'estomac. Les troubles de la déglutition peuvent être présents à différentes étapes, se manifestant soit par une difficulté à initier la déglutition (dysphagie oropharyngée), soit par une sensation de gêne ou de blocage lors du passage des aliments dans l'œsophage (dysphagie oesophagienne).

Les troubles de la déglutition (ou fausses routes) : un symptôme d'alerte

La dysphagie (ou difficulté à avaler) est un symptôme d’alerte qui traduit soit une cause organique (obstacle physique), soit une cause fonctionnelle (atteinte neurologique). De ce fait, elle doit être décelée rapidement car ses conséquences cliniques peuvent être majeures :
• Fausses routes,
• Pneumonie d’aspiration,
• Infections pulmonaires,
• Détérioration de la fonction respiratoire,
• Dénutrition par insuffisance d’apport
• Crainte d’avaler.

Ces conséquences se répercutent également sur la vie personnelle du patient : anxiété associée aux repas (peur de fausses routes), isolement social, prise de médicament perturbée, altération de la qualité de vie...Les troubles de la déglutition ont un réel impact sur le quotidien du malade : dysphagie oropharyngée et dysphagie oesophagienne sont donc à prendre en compte rapidement.

La dysphagie haute (la gêne est localisée au niveau de la gorge)


La dysphagie haute est dite oropharyngée : les causes principales à l’origine de ce type de dysphagie sont les maladies neurologiques, les modifications structurelles (tumeurs, hémorragies, compression…), les myopathies, les causes iatrogéniques.

La dysphagie basse (la gêne est localisée au niveau de l'œsophage)


La dysphagie basse est dite oesophagienne : elle est le plus souvent liée à la traumatologie, les sténoses organiques, les troubles de la motricité ou les reflux gastro-oesophagiens. Cependant, l’accident vasculaire cérébral (AVC) reste la cause la plus fréquente de dysphagie, surtout chez les patients de plus de 65 ans.

Symptômes et risques :


Lors d’une dysphagie, les symptômes sont divers : incapacité à avaler la salive, toux pré- ou post-déglutition, bol alimentaire ressortant par la bouche, changement de rythme respiratoire, troubles de la mastication…

Le problème le plus sérieux à éviter absolument est l’inhalation, c’est-à-dire le passage du bol alimentaire dans les voies respiratoires, avec pour conséquences des risques de fausses routes, d'infection respiratoire ou de pneumopathie.

Prise en charge et traitement de la dysphagie :


- Traiter les causes de la dysphagie

Lorsque cela est possible, la prise en charge thérapeutique du patient s’attachera à traiter la ou les causes de la dysphagie en traitant la maladie ou le trouble sous-jacent (chirurgie…) ou en modifiant le traitement médicamenteux à l’origine de celle-ci. Mais ceci n’est pas possible pour toutes les pathologies entrainant un trouble de la déglutition.

- Réadaptation musculaire et mécanisme de la déglutition

La deuxième stratégie thérapeutique passe par une rééducation musculaire du patient. Les patients seront suivis par des ergothérapeutes ou des orthophonistes et effectueront des exercices pour renforcer les muscles servant à mastiquer et à avaler.

- Atténuation des symptômes de la dysphagie

Lorsque la dysphagie ne peut être traitée, l’objectif sera d’atténuer les symptômes du patient pour diminuer les difficultés quotidiennes, les risques respiratoires et parfois augmenter les quantités d’aliments consommées.

Techniques pour atténuer les symptômes :

 

- Moduler la posture : L’objectif est de protéger l’entrée des voies de la respiration en baissant la tête et en rentrant le menton sur la poitrine.

- Adapter les textures : Le plus fréquemment, les problèmes de fausse route se manifestent surtout avec les liquides. Les conseils pour les éviter sont de boire à la petite cuillère pour limiter la quantité de liquide, d’épaissir les liquides à l’aide d’une poudre épaississante pour aider la déglutition. Dans le cadre d’une hospitalisation, le personnel soignant peut conseiller des produits prêts à l'emploi comme de l'eau gélifiée ou une poudre epaississante.

- Adapter les repas : Les repas peuvent devenir longs et fatigants entrainant une diminution des aliments et liquides ingérés. Pour éviter ces longs moments, il est conseillé de fragmenter la prise de repas pour passer de 3 repas par jour à 5 petits repas par jour.

Source : X. Hébutherne et al. Traité de nutrition de la personne âgée, Ed. Springer, 2009.
Bouin N. La dysphagie : l'évaluation et la prise en charge, Le Clinicien 2006.

Date de publication 09/09/2016



PROPOSITION DE SOLUTIONS NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION

 

 

 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS