Bienvenue sur le site de Nestlé Health Science France

Certaines informations présentes sur ce site sont strictement réservées aux professionnels de santé.

Pour accéder à votre espace, vous devez vous identifier.

Êtes-vous un professionnel de santé ?

Vous allez être dirigé vers votre espace.
Ce contenu n'est accessible qu'aux professionnels de santé.
Vous allez être dirigé vers votre espace.
Le cancer du poumon

Le cancer du poumon

Qu’est-ce que le cancer du poumon ?

Le cancer du poumon, appelé aussi cancer bronchique, est, par définition, une maladie des cellules des bronches ou, plus rarement, des cellules qui tapissent les alvéoles pulmonaires. Il s’agit de la prolifération anormale d’une cellule modifiée par une mutation* (* une modification à l’intérieure de la cellule qui dérègle sa multiplication).

Il existe deux types principaux de cancer du poumon : le cancer « à petites cellules », qui représente 20% des cancers, et le cancer dit « non à petites cellules », qui représentent 80% des cancers.
Avec un nombre de cancers du poumon estimé à 39 500 nouveaux cas en France en 2010, il s’agit de la deuxième localisation cancéreuse la plus fréquente en France chez l’homme, de la troisième chez la femme.

Les causes du cancer du poumon et les facteurs de risque

Le cancer du poumon se déclare généralement à un âge compris entre 50 et 65 ans et si les causes de la maladie ne sont pas identifiées avec certitude, un certain nombre de facteurs sont reconnus pour augmenter le risque de développer une tumeur, en particulier le tabagisme. L’exposition à la fumée de tabac est en effet responsable d'environ 85 % des cancers du poumon.
Il existe aussi des cancers du poumon dits « professionnels » : dans le cadre de leur activité, certaines personnes peuvent en effet être exposées à des substances cancérigènes qui augmentent leur risque de cancer pulmonaire : l'amiante, le radon, l’arsenic, le cadmium, le nickel, le chrome, les goudrons…


Quels sont les symptômes du cancer du poumon ?

Les premiers symptômes du cancer du poumon apparaissent couramment dans le contexte d’autres affections : il n'y a donc pas de symptôme caractéristique d’un cancer du poumon, mais plutôt un ensemble de signes qui peuvent suggérer la présence de la maladie.
Ces signes peuvent être, par exemple, une difficulté à respirer, un essoufflement anormal, une douleur au niveau du thorax ou des épaules, une toux persistante, des crachements sanglants ou purulents, des infections respiratoires récidivantes…
En présence de tels indices, le diagnostic du cancer du poumon s’effectue alors par le biais d’un examen clinique et d'une imagerie pulmonaire : radiographie, scanner, ou IRM.

Les stades d’évolution

Différents prélèvements et examens complémentaires sont ensuite effectués pour définir l’étendue du cancer et en déterminer le stade : on parle de « bilan d’extension ».
Si les cancers du poumon « à petites cellules » sont souvent classés en deux stades d’évolution, un stade localisé et un stade disséminé, les cancers « non à petites cellules » sont eux répertoriés selon 4 stades : de la tumeur localisée (stade 1) à la présence de métastases à distance (stade 4), en passant par l’atteinte des structures voisines (stade 2) et l’atteinte des ganglions lymphatiques (stade 3).
Cette classification permet de déterminer les modes de prise en charge les plus adaptés. Les indications thérapeutiques peuvent en effet être très variées, entre une tumeur précoce, un cancer avancé, et un cancer métastasé . En outre, le stade de la maladie conditionne aussi le taux de survie : la détection à un stade précoce offre au patient de meilleures chances de guérison et une espérance de vie plus longue.

La prise en charge de la maladie

Le traitement du cancer du poumon dépend des caractéristiques du cancer, mais aussi de l’état général du patient. On distingue trois grands types de traitements qui sont utilisés seuls ou en association : la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.
L’opération chirurgicale, lorsqu'elle est possible, reste l’approche privilégiée  et constitue le traitement de référence des cancers bronchiques « non à petites cellules ». La résection (ablation chirurgicale de la partie atteinte d’un organe)  de la tumeur passe généralement par l’ablation du lobe ou de la totalité du poumon malade.
Dans le traitement d'un cancer pulmonaire, la radiothérapie thoracique vise à détruire les cellules cancéreuses par irradiation : elle cible non seulement la tumeur, mais aussi les tissus et les ganglions lymphatiques voisins.
Enfin la chimiothérapie consiste à administrer une ou plusieurs substances toxiques pour les cellules tumorales cancéreuses, comme le cisplatine ou le carboplatine.

Cancer du poumon et alimentation pendant le traitement

Le cancer et ses traitements peuvent faire perdre du poids.
Au cours des traitements, l’appétit et la perception des goûts et des odeurs peuvent être modifiés. Il n’est pas rare que les apports alimentaires diminuent alors que les besoins énergétiques (et notamment protéiques) de l’organisme sont augmentés par la maladie et ses traitements.


En effet, l’organisme peut avoir besoin de plus d’énergie que d’habitude pour affronter la maladie et poursuivre le traitement dans les meilleures conditions possibles.

Il est dès lors essentiel  de veiller à maintenir son poids ou à reprendre son poids habituel dès le début et tout au long de la prise en charge thérapeutique du cancer

Face au manque d’appétit ou à la perte de poids, fréquents dans le cas de pathologies comme le cancer, la prise en charge nutritionnelle permet de prévenir les carences alimentaires et de réduire le nombre de complications liées aux traitements Pour en savoir plus
La prise en charge nutritionnelle  consiste à apporter à l’organisme  sous un faible volume et sous une forme facile à consommer, les nutriments essentiels pour aider un patient à suivre ses traitements dans les meilleures conditions possibles.
C’est le médecin qui détermine la formule et la posologie appropriées aux besoins du patient.

Dépistage et prévention


Les tests de dépistage envisageables dans le cas du cancer du poumon comprennent la radiographie ou le scanner et des études en cours évaluent l’intérêt d’un dépistage par scanner du thorax chez les sujets à risque. Toutefois, cette approche n’a pas encore démontré d’avantages clairs.
Le meilleur moyen de lutter contre l’apparition du cancer du poumon et contre sa récidive reste donc la prévention, en agissant en particulier contre le tabagisme.

Bibliographie Le site de la ligue contre le cancer : http://ligue-cancer.net http://ligue-cancer.net/article/313_cancer-du-poumon Le site de l'INSERM http://www.inserm.fr/thematiques/cancer/dossiers/cancer-du-poumon Le site de l'Institut National du Cancer http://www.e-cancer.fr/cancerinfo/les-cancers/cancers-du-poumon/points-cles Le site de l'European Society for Medical Oncology : http://www.esmo.org Le site de la faculté de Médecine Pierre et Marie Curie : http://www.fmpmc.upmc.fr

Date de publication 14/04/2016



PROPOSITION DE SOLUTIONS NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION

 

 

 

POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS