Professionnels De Santé

Prévalence et mécanismes

 

En 2017, 3,8 millions de personnes sont atteintes de cancer en France, avec plus de 382 000 nouveaux cas en 20181.

Parmi ces patients, 84% ont connu une perte de poids depuis le début de la maladie2 et 40% sont dénutris3. Alors que la nutrition a été reconnue comme indispensable pour une prise en charge de qualité en cancérologie4, 40% des patients dénutris ne reçoivent aucun support nutritionnel2.

Les facteurs déclenchant une dénutrition sont variés. Ils peuvent être dus à la tumeur elle-même, mais également aux effets secondaires des traitements associés à des facteurs psychologiques : le tout aboutissant à une réduction des apports alimentaires et à une augmentation des besoins énergétiques5.




Les marqueurs de la dénutrition et de ses complications

 

Une évaluation nutritionnelle doit être intégrée dès le dispositif d’annonce de la maladie. C’est la première étape, indispensable pour une prise en charge nutritionnelle adaptée6.

Pour évaluer l’état nutritionnel de son patient et repérer les marqueurs de la dénutrition, l’oncologue dispose d’un ensemble de données6 :

Données anthropométriques
Perte de poids
Une perte ≥ 5% entre le poids actuel et le poids habituel (ou poids de forme) ou dans les 6 mois qui précèdent le diagnostic est facteur de mauvais pronostic.
IMC
< 18,5 kg/m² pour les personnes < 70ans
< 21 kg/m² pour les personnes > 70ans
Attention, le fait d’avoir un IMC supérieur à 24,9 ou 29,9 (surpoids ou obésité) ne protège pas de la dénutrition.
Données biologiques
Albuminémie
< 30 g/L en cas de chirurgie,
< 35 g/L en oncologie médicale
CRP
Le statut inflammatoire est un facteur aggravant de la dénutrition.
Données de consommation alimentaire
Échelle analogique visuelle ou verbale, EVA
Graduée de 1 à 10. Une note en dessous de 7/10 par rapport aux consommations habituelles (soit une diminution des apports d’un tiers) implique un risque de dénutrition.


Diagnostiquer la dénutrition

 

La HAS a défini les critères de diagnostic de la dénutrition, en se basant sur des critères phénotypiques et ou étiologiques7.


*Mesure de l’albuminémie par immunonéphélémétrie ou immunoturbidimétrie. Les seuls d’albuminémie sont à prendre en compte quel que soit l’état inflammatoire.


*Par rapport à la consommation alimentaire habituelle quantifiée ou aux besoins protéino-énergétiques estimés.

RÉFÉRENCES


NOUS CONTACTER


Vous avez conseillé un produit de la gamme Nestlé Health Science, nos équipes et nos diététiciens sont à votre écoute au quotidien pour répondre à toutes vos questions sur l'accompagnement patient et les informations nutritionnelles.

Par MAIL

FORMULAIRE

Par téléphonE

Nos diététiciens sont à votre écoute.
Numéro : 0 809 400 413
(Service gratuit + prix d'appel)

Par COURRIER

Nestlé Health Science
34-40 rue Guynemer
92130 Issy-les-Moulineaux

PROPOSITION DE SOLUTIONS NUTRITIONNELLES NESTLE HEALTH SCIENCE EN CAS DE DENUTRITION OU DE RISQUE DE DENUTRITION


POUR VOIR TOUS NOS PRODUITS