Nous pensons que le lait maternel est le meilleur aliment pour le nourrisson. Quand, l’équipe médicale, les mères et les familles s’accordent sur le fait que l'allaitement n'est pas possible pour des questions médicales ; les préparations infantiles destinées à des fins médicales spéciales, et à utiliser sous contrôle médical apportent à l'enfant les nutriments essentiels. Nous nous engageons à commercialiser des substituts du lait maternel de façon responsable.

Ce site Internet apporte des informations sur la prise en charge de l'allergie aux protéines de lait de vache et sur les préparations infantiles destinées aux nourrissons. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que Nestlé Health Science vous communique ces informations.

Êtes-vous un professionnel de santé ou un parent?

 

Vous allez être redirigé vers l'espace dédié aux parents.
Vous allez être dirigé vers l'espace dédié aux professionnel.

Eruptions cutanées et APLV

L'éruption cutanée du nourrisson



L'éruption cutanée (le rash) est extrêmement fréquente et parfaitement normale chez le nourrisson. La peau du nouveau-né subit, durant les quatre premières semaines de vie, un certain nombre de changements qui sont la simple conséquence de l’adaptation de leur peau sensible à un environnement nouveau et très différent. La plupart de ces changements sont bénins et spontanément résolus, ils disparaîtront sans aucun traitement.1
La dermatite atopique est également une éruption fréquente chez le nourrisson (voir Dermatite atopique), toutefois la dermatite atopique survient généralement après exposition à un ou plusieurs allergènes.

Les principales formes d'éruptions cutanées chez le nouveau-né sont des éruptions vésiculo-pustuleuses transitoires qui peuvent être analysées cliniquement, selon leur aspect distinctif.1
Il s'agit de :
- l'érythème toxique du nouveau-né : l'éruption cutanée la plus fréquente chez le nouveau-né, avec une incidence atteignant 70 %2
- l'acné du nourrisson qui affecte typiquement jusqu'à 20 % des nouveau-nés1
- la mélanose pustuleuse néonatale transitoire : touche 5 % des nouveau-nés noirs, contre moins de 1 % des nouveau-nés 3,4

 

Les autres formes courantes d'éruptions cutanées

 

- Milia : touche jusqu'à 50 % des nouveau-nés, et disparaît normalement avant l'âge d'un mois5
- Miliaire (boutons de chaleur) : touche jusqu'à 40 % des nouveau-nés et apparaît généralement dans le premier mois de la vie6
- Dermatite séborrhéique (croûtes de lait) : extrêmement fréquente et à ne pas confondre avec la dermatite atopique. Elle se caractérise par un érythème et des squames grasses, apparaissant sur le cuir chevelu (« chapeau »), mais peut aussi toucher le visage, les oreilles et le cou7.

 

Les causes d'une éruption cutanée chez le nourrisson

Dans la période néo-natale, les éruptions vésiculo-pustuleuses sont fréquemment dues à des infections bactériennes, fongiques ou virales, par exemple par Staphylococcus aureus, Candida albicans ou l’Herpes simplex virus, respectivement 3,8. Les allergies alimentaires, comme l'allergie aux protéines de lait de vache (APLV), sont également des causes fréquentes d'éruptions cutanées chez le nourrisson.

 

L'éruption cutanée, symptôme de l'allergie aux protéines de lait de vache (APLV)

50 à 70 % des enfants présentent des symptômes cutanés9 et la dermatite atopique est la forme la plus courante d'éruption cutanée observée chez le nourrisson ayant une APLV.


Les autres signes et symptômes pouvant suggérer une APLV

La majorité des jeunes enfants ayant une APLV présentent au moins deux symptômes affectant au minimum deux systèmes physiologiques différents.10,11

Avoir connaissance des symptômes les plus fréquents d'APLV peut vous aider à établir plus précocement un diagnostic d'APLV chez vos patients.


CoMISS® : l'outil d'aide au diagnostic de l'APLV


Le CoMISS® est un outil d'aide au diagnostic simple, rapide et facile à utiliser, destiné à vous aider à reconnaitre plus facilement les signes et les symptômes qui peuvent être liés au lait de vache chez les nourrissons et les jeunes enfants.


Si vous identifiez une suspicion d'APLV chez votre patient, utilisez le CoMISS® pour évaluer la probabilité d'une APLV

 


Autres symptômes de l'allergie aux protéines de lait de vache

Références

  1. Connor NR. and McGaughlin MR. Am Fam Physician. 2008;77(1):56–60.
  2. Liu C., et al. Dermatology. 2005;210(4):269–272.
  3. Schachner L. and Press S. Pediatr Clin North Am. 1983;30(4):609–629
  4. Laude TA. Approach to dermatologic disorders in black children. Semin Dermatol. 1995;14(1):15–20.
  5. Paller A., et al. Clinical Pediatric Dermatology: A Textbook of Skin Disorders of Childhood and Adolescence. 3rd ed. 2006:737
  6. Feng E., et al. Cutis. 1995;55(4):213–216
  7. Janniger CK. Cutis. 1993;51(4):233–235
  8. Van Praag MC., et al. Pediatr Dermatol. 1997;14(2):131–143
  9. Koletzko S., et al. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2012;55(2):221–9
  10. Lifschitz C. and Szajewska H. Eur J Pediatr. 2015;174:141–50
  11. Høst A. Pediatr Allergy Immunol. 1994;5:1–36


AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l'aliment idéal du nourrisson. Il est conseillé de poursuivre l'allaitement même lorsque le bébé souffre d'une allergie aux protéines de lait de vache. Cela nécessite généralement les conseils de diététiciens afin d'exclure complètement toutes les sources de protéines de lait de vache de l'alimentation de la mère. Si votre médecin décide d'utiliser une formule destinée aux nourrissons, il est important de suivre les instructions mentionnées sur l'étiquette du produit. L'eau non-bouillie, un biberon non-stérilisé, une dilution incorrecte du produit peuvent rendre les nourrissons et enfants en bas âge malades. Un stockage, une manipulation ou une préparation du produit inappropriés peuvent conduire à des effets néfastes sur leur santé. Les formules destinées à des fins médicales spéciales pour les nourrissons doivent être utilisées sous contrôle médical.