Nous pensons que le lait maternel est le meilleur aliment pour le nourrisson. Quand, l’équipe médicale, les mères et les familles s’accordent sur le fait que l'allaitement n'est pas possible pour des questions médicales ; les préparations infantiles destinées à des fins médicales spéciales, et à utiliser sous contrôle médical apportent à l'enfant les nutriments essentiels. Nous nous engageons à commercialiser des substituts du lait maternel de façon responsable.

Ce site Internet apporte des informations sur la prise en charge de l'allergie aux protéines de lait de vache et sur les préparations infantiles destinées aux nourrissons. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que Nestlé Health Science vous communique ces informations.

Êtes-vous un professionnel de santé ou un parent?

 

Vous allez être redirigé vers l'espace dédié aux parents.
Vous allez être dirigé vers l'espace dédié aux professionnel.
Diagnostiquer l'APLV

Diagnostiquer l'APLV

Un diagnostic précoce et correct est clé

APLV : nécessité d'un diagnostic précoce pour une prise en charge optimale

L'allergie aux protéines de lait de vache (APLV) se manifeste par des signes et des symptômes divers et souvent non spécifiques. La diversité des signes et des symptômes peut rendre particulièrement difficile le diagnostic et la prise en charge de cette maladie. Il existe désormais des recommandations et des outils pour faciliter un diagnostic précoce de l'APLV.

CoMiSS® : L'OUTIL D'AIDE AU DIAGNOSTIC DE L'APLV

Des experts spécialisés dans la prise en charge de nourrissons souffrant d'APLV, ont mis au point le CoMiSS® (Cow’s Milk-related Symptom Score)1 . Il s'agît d'un outil simple et rapide pour aider les professionnels de santé à reconnaître et à évaluer le plus tôt possible les signes et les symptômes non spécifiques pouvant indiquer une APLV.


Pour en savoir plus sur le CoMiSS®

Découvrez en vidéo l'outil d'aide au diagnostic de l'APLV: CoMISS®

 

Pour évaluer les signes et symptômes non spécifiques pouvant être liés à l'APLV, tels que les pleurs, la régurgitation, la diarrhée ou la constipation ainsi que les symptômes cutanés et respiratoires.

 

L'outil CoMISS® facilite le diagnostic de l'APLV

 

Si vous pensez que les symptômes de votre patient peuvent faire suspecter une APLV, utilisez l'outil CoMiSS® pour déterminer un score et juger de la probabilité d'une APLV.
Diagnostiquer l'APLV

Les étapes clés du diagnostic

L'objectif général est de poser un diagnostic plus précoce de l'APLV dans l'intérêt du patient. Pour atteindre cet objectif, plusieurs étapes sont nécessaires : explorer les symptômes de l'enfant et ses antécédents familiaux, effectuer des tests de diagnostic et confirmer le test de diagnostic par un régime d'éviction suivi d'un test de provocation alimentaire.

1- Explorer les symptômes et les antécédents familiaux de l'enfant

2- Poser le diagnostic

3- Confirmer votre diagnostic

Etape 1
Explorer les symptômes et les antécédents familiaux

La première étape est de vérifier les signes et les symptômes qui pourraient avoir un lien avec l'APLV. Il est également important de recueillir les antécédents familiaux de maladies atopiques car le risque d'allergies est plus élevé dans les familles où il existe déjà une allergie.

Outil CoMiSS®
Etape 2
Poser le diagnostic

Méthodes d'investigation disponibles

Il existe peu de procédures pour détecter les différents types d'APLV ; toutefois, aucune de ces procédures, à l'exception du régime d'éviction suivi d'un test de provocation oral (TPO), ne peut aboutir à un diagnostic concluant. Le régime d'éviction alimentaire suivi d'un TPO est recommandé par les sociétés savantes comme étant la référence en matière de tests de diagnostic.2,3

Etape 3
Confirmer le diagnostic

Régime d'éviction alimentaire et test de provocation oral

Le régime d'éviction alimentaire consiste à retirer les protéines de lait de vache (PLV) de l'alimentation de l'enfant (également retirer les PLV de l'alimentation de la mère, si celle-ci allaite son enfant).

Si l'éviction des PLV de l'alimentation de l'enfant n'améliore pas les symptômes, il est fortement improbable que l'enfant souffre d'APLV. Si les symptômes s'améliorent, un TPO est généralement pratiqué par une ré-administration contrôlée des PLV afin de confirmer le diagnostic d'APLV.4,5

Dès lors que l'APLV est confirmée, il est nécessaire de procéder à une éviction totale des PLV dans l'alimentation de l'enfant.

Les recommandations de bonnes pratiques

Vous trouverez des informations plus détaillées sur le diagnostic et la prise en charge de l'APLV dans les recommandations publiées par la Société Européenne de Gastro-Entérologie, Hépatologie et Nutrition Pédiatriques (ESPGHAN), par l'Académie Européenne d'Allergie et d'Immunologie Clinique (EAACI) et par la Société Française de Pédiatrie (SFP).2,4

Lire les recommandations de l'ESPGHAN
Lire les recommandations de l'EAACI

AVIS D'EXPERTS

Ces experts partagent avec vous leur expérience dans le diagnostic de l'APLV : exploration de la probabilité d'APLV avec l'outil CoMiSS®, tests allergologiques disponibles et confirmation du diagnostic par un régime d’éviction suivi d'un test de provocation (TPO ) aux aliments.
Premiers pas vers le diagnostic de l'APLV

REFERENCES

  1. Vandenplas Y, et al. A workshop report on the development of the Cow’s Milk-related Symptom Score awareness tool for young children. Acta Paediatr. 2015;104(4):334–9.
  2. Koletzko S, et al. Diagnostic approach and management of cow’s-milk protein allergy in infants and children: ESPGHAN GI Committee practical guidelines. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2012;55(2):221–9.
  3. Luyt D, et al. BSACI guideline for the diagnostic and management of cow’s milk allergy. Clin Exp Allergy. 2014;44(5):642–72.
  4. Muraro A, et al. EAACI Food Allergy and Anaphylaxis Guidelines: diagnostic and management of food allergy. Allergy. 2014;69:1008–25.
  5. Vandenplas Y, et al. Guidelines for the diagnostic and management of cow’s milk protein allergy in infants. Arch Dis Child. 2007;92:902–8.

AVIS IMPORTANT : Le lait maternel est l'aliment idéal du nourrisson. Il est conseillé de poursuivre l'allaitement même lorsque le bébé souffre d'une allergie aux protéines de lait de vache. Cela nécessite généralement les conseils de diéteticiens afin d'exclure complètement toutes les sources de protéines de lait de vache de l'alimentation de la mère. Si votre médecin décide d'utiliser une formule destinée aux nourrissons, il est important de suivre les instructions mentionnées sur l'étiquette du produit. L'eau non-bouillie, un biberon non-stérilisé, une dilution incorrecte du produit peuvent rendre les nourrissons et enfants en bas âge malades. Un stockage, une manipulation ou une préparation du produit inappropriés peuvent conduire à des effets néfastes sur leur santé. Les formules destinées à des fins médicales spéciales pour les nourrissons doivent être utilisées sous contrôle médical.