Taille du texte A A A
L’incidence de la dénutrition sur les pathologies est encore insuffisamment considérée ; pourtant la dénutrition est souvent un facteur aggravant du pronostic. Combattre une maladie de façon optimale ne peut se faire sans corriger la dénutrition, source de nombreuses complications.

Personne âgée

  • Les besoins énergétiques de la personne âgée devraient, en théorie, diminuer avec l’âge du fait d’une moindre activité et d’un ralentissement du renouvellement cellulaire. 

    En réalité ses besoins sont supérieurs, pour une activité comparable, à ceux de l’adulte jeune.

    La personne âgée assimile moins bien les nutriments. De plus  elle est souvent fragilisée par des maladies inflammatoires ou chroniques s’accompagnant d’un hypercatabolisme (dépense supplémentaire en énergie) nécessitant des apports nutritionnels complémentaires pour assurer la couverture de ses  besoins.

     

    Date de publication Octobre 2012

     

  • Les bénéfices d’une alimentation suffisante, ou complémentée si elle est insuffisante, vont permettre à l’organisme de réagir, par exemple de  favoriser l’activité du système immunitaire pour mieux se défendre vis à vis d’une infection, de cicatriser en cas d’escarre après une chirurgie, de reprendre du poids à la suite d’un amaigrissement.

    Les recommandations nutritionnelles sont de 36 kcal/kg/j et 1,2 g de protéines /kg/jour. Cette alimentation doit être suffisante, appétissante et variée en conservant le rythme de 3 repas plus une collation par jour sans oublier la boisson (1litre par jour). Si l’appétit est diminué il faut enrichir les repas. Les régimes restrictifs désodés ou pauvres en graisses sont à éviter car ils rendent les aliments moins agréables et sont souvent la cause  d’une  réduction des apports alimentaires et donc d’une dénutrition.

    Dans une deuxième phase on utilisera des compléments nutritionnels oraux (hyperprotéinés et hypercaloriques) (1) et on adaptera la texture en cas de dysphagie. 

    Pour être efficaces les apports nutritionnels doivent atteindre 400 à 600kcal/j et 30g de protéines.

    (1) Recommandations Haute Autorité de Santé. Stratégie de prise en charge en cas de dénutrition protéino-énergétique chez la personne âgée. Recommandations Avril 2007, p1-25.
    Ferry M. et al. Nutrition de la personne âgée .3ème édition, 2001

     

     Date de publication Octobre 2012

     

Contactez Nous

Vous avez...

... besoin d'un conseil ?

... une question ?

questions / réponses

Les réponses

aux questions

les plus posées.

RECOMMANDER à un ami

Vous souhaitez recommander ce site à un ami ou à un membre de votre famille